14° izurpetan / 14° sous les plis...

Publié le



Samedi 4 avril                                  Euskaraz irakurri
Apirilaren 4a, larunbata
18h30

14° izurpetan / 14° sous les plis
musique, danse et litttérature

Miren Aranburu
Jean-Louis Hargous
Chris Martineau
avec
Corinne Lallemand & Jean-Philippe leremboure


Comme tous les artistes de passage dans les grottes, Miren Aranburu et Jean-Louis Hargous sont venus, un jour récent du mois de mars reconnaître et "ressentir" les lieux… Miren Aranburu est ressortie de la visite fredonnant ce poème de
Francisco Arcos :

"No interior dos buzios Saciados de plancton
Emigram espirais famintas Famintas de infinito
Entre a epiderme E a cosmos
A memoria da agua Aconchega-me o corpo
Como se fora um utero Eternamente hermetico"


Ce fut le départ de la création que nous proposent Jean-Louis et Miren le samedi 4 avril à 18h30 :
 - un programme subtilement tissé autour des émotions, des perceptions communes de ces deux artistes : la grotte source de vie et protectrice,  la grotte matrice, terre et vie liées, roche mère…
 - chants, musique, danse, lectures, improvisations musicales et vocales qui se succèdent pour une visite tout en sensibilité au cœur des deux grottes : Isturitz puis Oxocelhaya..
- le rythme donné par le jeu successif ou commun des cinq artistes qui se font guides : Miren Aranburu (chants et lectures), Jean-Louis Hargous (saxo et clarinette), Chris Martineau (alto et voix), Corinne Lallemand (lecture) et Jean-Philippe Leremboure (danse)

Et cette fois encore la présence de plusieurs langues au travers de la poésie et des textes de Franscico Arcos, Xabier Lete, Josean Artze, François Cheng, Orixe,  Marie-Elena Walsh,  Michel Tournier (Vendredi ou les limbes du Pacifique)… sur des musiques de Inés P. Machado, Xabier Lete, M. E. Walsh & J.L. Hargous

Espace Culturel Art et Sciences - Grottes d'Isturitz & Oxocelhaya
Arte & zientzia Kultur Eremua - Isturitze & Otsozelaiko Harpeak

Réservation / Izen emaitea : 05 59 29 64 72


Liens : VIBRATIONS   Jean-Louis Hargous & Miren Aranburu

Commenter cet article