Mercredi 27 mai : Rêveries Scientifiques, l'histoire des Saint-Périer

Publié le



Dans le cadre des Rêveries Scientifiques
Mercredi 27 mai à 11h00
« 1928 – 1958 : La préhistoire au temps du Comte et de la Comtesse de Saint Périer »
Une vie de passion archéologique aux grottes d’Isturitz.
Par Aude Labarge (Aulame, médiation en préhistoire)

C'est en 1928 que le Comte et la Comtesse de Saint-Périer débutèrent leurs recherches dans la grotte d'Isturitz. S'en suivront vingt années de fouilles jusqu'à la mort de René de Saint-Périer en 1950. Suzanne de Saint-Périer poursuivra seule ce travail jusqu'en 1958…

A la faveur de ce mercredi des sciences, Aude Labarge, nous replonge dans cette histoire hors du commun. Comment pendant près de 30 ans sont liées la destinée d'un couple de chercheurs et la vie d'un site archéologique, une grande partie des richesses archéologiques des grottes d'Isturitz ayant été mises à jour durant cette première moitié du XXème siècle
Un rappel aussi de ce que furent les premiers pas de l'archéologie… un volet de l'histoire des sciences.

Les qualités de naturaliste de René de Saint-Périer - il s'était d'abord consacré à la biologie - et celles d'artiste et d'historienne de son épouse expliquent l'intérêt privilégié que le couple porta à l'archéologie, et spécialement, à la préhistoire. Ils étudièrent tout d'abord les grottes situées sur le territoire de la commune de Lespugue en Haute-Garonne ; c'est là qu'ils découvrirent  en 1922 l'une des plus remarquables des statuettes féminines périgordiennes : la Vénus de Lespugue. Mais c'est dans la grotte d'Isturitz qu'ils entreprirent, à partir de 1928, leurs fouilles majeures, fouilles que Suzanne de Saint-Périer, après la mort de son mari en 1950, poursuivit seule jusqu'en 1958…
(Extrait de bibliographie Universalis)

Durée de la visite : 2 heures
Public adulte, à partir de 14 ans
Tarif : 12 €
Les places sont limitées, réservation au 05 59 29 64 72


Programme complet des Rêveries :
fichier pdf
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article