Derniers jours pour l'exposition Aquitaine Préhistorique à Bordeaux

Publié le par Espace Culturel Arts et Sciences

 AurochArancou 

Auroch gravé - Magdalénien - Arancou (Pays Basque)

 

Musée d'Aquitaine à Bordeaux
Du mercredi 2 juin 2010 au dimanche 2 janvier 2011


Du paléolithique ancien à la fin de l’Age du Bronze, l’exposition retrace les recherches et les découvertes de fouilles archéologiques depuis 1990 en Aquitaine. Avec plus de 2000 objets archéologiques souvent inédits du grand public, il s’agit de la première synthèse des connaissances préhistoriques sur l’Aquitaine, depuis 20 ans.

Territoires
L’environnement des sociétés préhistoriques (paysages, faune, flore) est évoqué et deux sites, L’Abri du Pech-de-l’Azé (Carsac-Aillac / Dordogne) et Les Pradelles (Marillac-Le-Franc / Charente) permettent de comprendre les stratégies d’occupations des sites moustériens.
Un autre cas d’étude rassemble les découvertes sur les magdaléniens dans les Pyrénées. L’étude des motifs artistiques, des matières premières, de l’art pariétal mettent en évidence les relations entre les groupes et leur évolution au cours du temps.
Le visiteur peut aussi découvrir les sociétés de productions, qui se développent à partir du Néolithique. Les sépultures mégalithiques sont présentées au public par le biais de maquettes. L’exposition aborde enfin le thème de la colonisation de nouveaux territoires et des plus anciennes traces du pastoralisme dans les Pyrénées

Transitions

Les passages entre les différentes cultures du Paléolithiques sont soulignés au travers des industries lithiques et un audiovisuel permet de découvrir les gestes du tailleur de silex.
Transition aussi que celle entre le Paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur, période charnière, où l’on voit l’homme de Neandertal remplacé en Europe occidentale par l’homme moderne.

Pensées symboliques et organisation sociale
L'exposition évoque le rapport à la mort des hommes du Paléolithique. Les sites d’Isturitz, de Brassempouy et de l’Abri Pataud apportent ainsi de précieuses informations sur le traitement post-mortem des défunts.
L’exposition montre que la parure est un « marqueur » d’appartenance à un groupe, que celle-ci renseigne sur le statut de l’individu.
L’étude de l’art mobilier et de l’exploitation du métal renseigne sur les transmissions des savoirs et sur leurs rôles de marqueurs au sein d’un groupe social.
Enfin les recherches en cours ont enrichi les savoirs sur l’art pariétal et ses fonctions, posant la question du statut de l’artiste au sein des sociétés paléolithiques.
 
Des objets d'Isturitz exposés
Plus de 150 pièces issues de la dernière période de fouilles dans les grottes d'Isturitz sont visibles pour la première fois dans cette exposition : des objets de parure (dent, ivoire, perles cylindriques, perles bilobé, dent de lion, dent de bovidé, dent de hyène, perle en forme de panier, perle en os d'oiseau, pendeloque anthropomorphe ou phallique,…) ; des pièces d'art mobilier : galet gravé, diaphyse décorée de croix, tête de félin en pierre, tête de cervidé en os, fragment de bâton percé avec cervidé ; des éléments d'industrie osseuse aurignacienne (os, bois de cervidé) : lissoirs, pointes à base fendue, poinçon,… et une centaine de pièces en silex : outils (grattoirs, burins, lames, lamelles), nucléus, débitage….

 

A travers plus de 2000 objets, des cartographies, des vidéos, des reconstitutions et des maquettes, le visiteur découvre les enjeux de la recherche préhistorique. Un parcours jeune public est aménagé tout le long de l’exposition.

Tous les jours sauf lundis et jours fériés, de 11 heures à 18 heures
Exposition : 5 € – réduit : 2,50 €  www.bordeaux.fr

Commenter cet article