Aux origines du projet

AUX ORIGINES DU PROJET CULTUREL CONTEMPORAIN

- 1993-2005 : une nouvelle approche scientifique du site
- Joëlle Darricau : "l'intuition culturelle"
- Le cinquantenaire, une étape vers le Projet Contemporain
- Richesse de la vie artistique depuis 1995
- Quelques évènements qui ont égrené ces dernières années


1993 - 2005 Une nouvelle approche scientifique du site

Avec la reprise des fouilles à partir de 1995, on voit une évolution radicale des buts poursuivis :  on cherche maintenant à comprendre précisément l’évolution culturelle des premiers Homo-Sapiens (phases d’occupation du site, territorialité ou déplacements humains, tentative de définition de la culture aurignacienne).

Cette étude en cours, permettra à terme de mieux comprendre les relations entre les groupes humains sur la chaîne pyrénéenne et ailleurs, de comprendre d’où viennent les premiers aurignaciens et qui sont-ils ?.
Le site d’Isturitz, un haut lieu de vie et de regroupement des populations du paléolithique est en cela une clé essentielle dans la compréhension de la préhistoire de la chaîne Pyrénéo-cantabrique.

La richesse du gisement, relatif à ces questionnements, en fait aujourd’hui le site archéologique le plus important d’Aquitaine. Et cette richesse est telle, que plusieurs générations de chercheurs se succéderont sans doute encore sur le site pour en dévoiler tous les secrets...

Joëlle DARRICAU : l'intuition culturelle

Joëlle Darricau, fut certainement la première à avoir l’intuition du rôle culturel contemporain que devait jouer le site d’Isturitz aujourd’hui. Depuis 1982, date où elle hérite ce patrimoine, elle travaille à cette valorisation culturelle et scientifique : travail en étroite relation avec le Service Régional d’Archéologie pour la poursuite du programme de fouilles ; inscription de l’ensemble de la colline de Gaztelu à l’inventaire des Monuments Historiques (1996) ; accueil de chercheurs ; financement de certains programmes de recherche.

Dans le domaine culturel, elle favorise le développement de projets artistiques, pédagogiques et culturels mettant en relation les Arts contemporains et la Science et milite pour le développement du tourisme culturel.

En étroite relation avec les communautés scientifique et artistique, Joëlle Darricau est respectée et appréciée par ces dernières pour son action en faveur de la sauvegarde du site, et pour son engagement afin qu’il redevienne un lieu culturel vivant, respectueux du passé et inscrit dans la modernité.

Le cinquantenaire, une étape vers le Projet Contemporain


Sous la  direction artistique de Corinne Lallemand et de Jean-Philippe Leremboure les célébrations
du cinquantenaire de l’ouverture au public des grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya, et de leur classement comme Monument Historique en 1953, furent l’objet de 9 mois de programmation artistique et culturelle : les "Rencontres Arts et Science".

Réalisée en relation avec le Service Régional d’Archéologie et AULAME il a été porté par l’Association Otsozelaïko Lagunak et la Compagnie des Syrtes.

Spectacles, expositions, conférences, ateliers de sensibilisation au patrimoine et à la préhistoire, s’y sont déroulés dans un esprit d’échange, de rencontres inter culturelles et pluridisciplinaires
Il a été aussi l'occasion d’un colloque scientifique international, sous l’égide du SRA : 20 communications d’importance font état alors du résultat des dernières recherches scientifiques menées sur le site.

Le Cinquantenaire a ainsi permis de tester la pertinence d’un projet culturel naissant, et celle d’une transversalité mettant en relation artistes et scientifiques à travers des recherches communes concrètes. Il a permis d’évaluer les différentes possibilités d’utilisation du site et les modalités d’accueil du public, le partenariat avec d’autres structures culturelles du Pays Basque. 

Le Cinquantenaire a enfin permis d’évaluer la diversité des publics et l’impact de cette programmation associée à un site patrimonial d’exception.


Richesse de la vie artistique depuis 1995

Les années 1995–2005 ont permit à de nombreux artistes de redonner au site une activité artistique vivante faite de recherche, de création, de rencontres, et de formation...

Art vivants
Ne pouvant citer tous les artistes, voici les orientations artistiques et les créations les plus importantes :
- Musique et chant, traditionnels, ethniques, contemporains
- Conte
- Danse : traditionnelle, rituelle, contemporaine
- Poésie
- Lectures publiques
- Stages de formation

Arts plastiques
Créations et Expositions de Christiane Giraud, Abo, Guanesh Etxegaray, Goïko, Gonzalo Etchebarria,

Photographie
Pierre Ospital : exposition « Couleur Pierre »
Ben Hansen explore la dimension charnelle et sensuelle du site par un travail sur le nu à l’intérieur des grottes. Exposition au Musée Bonnat de Bayonne.

Ecriture
Itxaro Borda, poétesse basque de renom, écrit en 2003 « NEANDERTHALEN AMETSAK », (les rêves de Neanderthal) mis en musique et chanté par le groupe Belardi

Cinéma
Le cinéaste Jean-Pierre Grasset réalise « HATSA » (Le souffle).

Musique
Le compositeur Oliviers Dejours crée en 2003 « ARPEKO ITZALA » (l’ombre de la grotte), œuvre musicale contemporaine pour flûte préhistorique, flûtes basques, flûte traversière, commande de Jean-Philippe Leremboure et Corinne Lallemand, directeurs artistiques du site.


Quelques évènements culturels qui ont égrénés ces dernières années


- En 1987 recherche sonore et création électro acoustique avec la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Pau : sous la direction de Marie-Françoise Lacaze,

- De 1995 à 1997 accueil de soirées du Festival International du Conte d’Hitza Pitz (Hasparren) et création de l’association Otsozelaïko Lagunak de soutien aux manifestations ayant lieu sur le site. L’association développera par la suite son projet d’animation culturelle de la vallée de l’Arberoue, et sera partenaire et/ou maître d’œuvre de plusieurs programmes culturels du site.

- En 1999, événement autour de l'éclipse : "Ekilargi" – symposium de sculptures (Guanes Etxegarray, Christiane Giraud, Mikel Angel Lertxundi) et concerts.

- En 1999 accueil sur le site de la structure AULAME – Médiations patrimoniales avec Aude Labarge, préhistorienne et plasticienne. Etape importante puisque Aulame, actuelle partenaire du Projet Contemporain, créé sur le site un espace pédagogique et un dispositif de médiation, conçoit le contenu muséal du site et le livret de présentation des grottes. Elle anime de nombreux ateliers en pratiques patrimoniales, élabore des visites thématiques et approfondies du site, organise des conférences thématiques.

Parallèlement à ses activités de médiation, Aude Labarge mène ses recherches de préhistorienne sur le site, reprend entièrement la lecture d’Oxocelhaya, y détecte de nombreux points rouges et autres œuvres

- En l'an 2000 : congrès National de l'Association des Exploitants de Cavernes Aménagées pour le Tourisme (77 cavités).

- 2002, "La préhistoire au service de la tolérance" : manifestation organisée dans le cadre de l’année mondiale des Nations Unies pour le dialogue entre les civilisations. Avec 250 enfants de la côte basque.

- 2003 : Cinquantenaire de l’ouverture au public des grottes d’Isturitz et d’Oxocelhaya, et de leur classement comme Monument Historique en 1953.