L'aventure géologique

La colline de Gaztelu abrite le site des Grottes d'Isturitz et d'Oxocelhaya sur la commune de Saint-Martin d'Arberoue, en Pays Basque.


Durant trois épisodes géologiques majeurs, la rivière Arberoue a creusé cette colline calcaire, la traversant de part en part sur trois niveaux différents : la première cavité creusée est celle d'ISTURITZ, puis beaucoup plus tard et quinze mètres plus bas, OXOCELHAYA, et enfin ERBERUA au niveau du lit actuel de la rivière.



L’histoire géologique

La colline de Gaztelu est constituée de calcaires gris-noir, accumulés sous forme de boues sur les fonds sous-marins peu profonds d'une mer d'il y a plus de 100 millions d'années (d'âge Aptien de l'ère secondaire). Cette mer tropicale abritait une abondante vie sous marine, notamment des mollusques dont on retrouve les coquilles fossilisées sur les parois d'Oxocelhaya. Ces boues et ces coquilles ainsi que d'autres restes d'organismes se sont ensuite consolidés pour former le calcaire de la colline.


Lors de la formation des Pyrénées, ces calcaires ont été plissés, surélevés et émergés. ils ont ensuite subi les phénomènes d'érosion chimique et mécanique des eaux superficielles (infiltration des eaux de pluies, creusement de la rivière Arberoue). En effet le calcaire est une roche soluble dans l'eau chargée en gaz carbonique. L'érosion a ainsi remodelé la colline par la formation des trois cavités: la grotte d'Isturitz, la grotte d'Oxocelhaya et enfin la
grotte d'Erberua
.


Chaque grotte a subi plusieurs phases de creusement et de transformation. Dans chacune des cavités l'évolution géologique est identique, bien que les mêmes phénomènes se reproduisent en des temps différents et successifs.


L'évolution géologique de chacune des grottes de la colline a été expliquée en cinq phases principales.


1.    Un creusement initial est réalisé par l'Arberoue.


2.   La rivière se retire partiellement. Durant cette phase d'accalmie de la rivière, l'action de l'eau se poursuit par les infiltrations d'eaux de pluie. Elles déposent dans la grotte la calcite puisée dans le calcaire et forment les stalactites, les stalagmites. D'autre part l'eau dépose les résidus de dissolution (les argiles de décalcification).


3.    Suite à cette calcification de la cavité, la grotte est à nouveau ennoyée par l'Arberoue. Cet événement provoque l'érosion par dissolution (érosion chimique) et abrasion (érosion mécanique) des éléments de calcite.


4.    L'eau se retire à nouveau de la cavité, et le processus de calcification de la cavité reprend. Ces phénomènes expliquent la richesse et la diversité visuelle des grottes de la colline de Gaztelu.


5.    A ces phases de va-et-vient de l'eau, il faut ajouter des phases d'éboulisation (dépôts gravitaires) et de ruissellement qui remodèlent le tracé originel des galeries en obstruant ou en déviant la morphologie des salles ou des entrées de grotte.


Ces phénomènes ont eu lieu avant, pendant et après les présences humaines dans la cavité.